Les 2000 de Bruniquel Raid VTT » Blog Archive » La Fête est Gâchée
Une épreuve sportive de VTT sympathique et exigeante
Accueil » journal

La Fête est Gâchée

6 mai 2019 Pas de commentaire

Ce sont les SISTACH, père et fils qui ont représenté le STONE à la seconde ronde des Bourriques du côté de Trèbes, les amis du STONE étant retenus par différentes obligations.
Malgré les fortes pluies de samedi soir et le vent qui souffle en tempête dimanche matin, nous prenons la route, déterminés à profiter pleinement de cette rando, qui, si le terrain est bien exploité, promet bien du plaisir. L’accueil et convivial et pour 12€ nous avons droit à un verre plastic à conserver puisque très bientôt nous n’aurons plus le droit d’utiliser les gobelets jetables.
Comme toujours, nous décollons parmi les derniers pour emprunter les chemins bien secs et poussiéreux des alentours de Trèbes. Le relief est typique du coin. Pas de grandes montées sur des pistes larges mais des petites montagnettes qui regorges de sentiers monotrace avec tout le long des coups de cul sévères et des descentes qui le sont tout autant. Le vent, qui souffle en rafale, nous pousse dans cette première partie mais nous n’en profitons que peu car le parcours est tracé dans des bois qui nous abritent. Espérons que pour le retour il en sera de même.
Nico se régale avec son Rocky en passant des trucs immontables, il s’arrache et passe. Pour faire simple, le parcours est essentiellement composé de single avec un virage à droite, bien serré, 20 mètres plus loin un virage à gauche autour d’un arbre, juste la place de passer, un bout droit de 40 mètres et un virage en épingle autour d’un rocher suivi d’une descente très abrupte (celles avec la petite marche en sortie qui te démonte bien les bras), un replat et de suite un coup de cul à passer sur l’élan si possible ou à t’arracher s’il n’y a pas d’élan. Parfois, un petit passage fin, en dévers, quasiment toujours suivi d’une descente jamais très longue mais où il faut prendre un peu sur soi pour y aller. Bref du technique sur un terrain particulièrement sec. Quelques racines viennent bien entendu agrémenter les passages trialisants sans oublier les virages en dévers et les mono traces en forme d’ornière pas toujours facile à suivre.
Nous roulons avec un groupe de jeunes de Carcassonne, pleins de santé, de vivacité mais respectueux de mon grand âge. Après le ravitaillement, ils me rattrapent et sentant que je les freine, je les laisse passer. Nico est devant, il roule raisonnable en attendant le vieux mais voilà que les jeunes imprudents le rattrapent et lui chatouillent un peu la roue arrière. Cela a le don d’exciter Nicolas qui lâche les freins et se met à rouler sans retenue dans une descente assez technique. Ils n’auront droit qu’à de la poussière. Arrivés en bas, ils regardent le vélo de Nico et commencent à s’intéresser aux débattements, aux freins, en fait ils papotent et trouvent le ROCKY très beau et efficace. Peut-être que le mec qui est dessus va pas mal en descente aussi ?
Nous les laissons perplexes à leurs réflexions et continuons notre petit chemin pour attaquer une montée en lacées assez serrés. Arrivés presque au sommet, un attroupement et une jeune fille nous dit de descendre de vélo car il y a une personne en arrêt cardiaque sur le chemin. En effet, le SAMU est déjà là et entube la personne qui est allongée sur le bord droit du chemin. Des médecins lui prodiguent un massage cardiaque.
Nous sommes inutiles et décidons de poursuivre notre chemin. Mais le goût n’y est plus, l’envie non plus. On roule pour rentrer mais sans réel plaisir. On ne connait pas ce Monsieur, mais on ne fait pas du vélo avec ses amis pour rester sur le bord d’un chemin. Nous bouclons notre parcours qui fait en réalité 50 km et 900 m de dénivelé. A l’arrivée, nous demandons des nouvelles aux organisateurs. On nous dit que la personne est décédée. Avec Nicolas, nous prenons rapidement un bout de saucisse, un verre d’eau et de bière et partons à la voiture. Nous n’avons pas envie de rester et discuter avec les copains.

J’ai écrit ces quelques mots pour toi, vététiste inconnu, pour te rendre hommage et ne pas oublier que la vie est belle et qu’il faut la vivre intensément. J’espère que tu en auras profité pleinement. J’ai écrit ces quelques mots avec beaucoup d’émotions et de tristesse en pensant à ses amis, assis sur le bord du chemin, la tête dans leurs mains pour cacher leurs larmes.

#ronde des Bourriques#rando vtt#aude#trèbes