Home » Sorties club, journal

En août, Puycelsi dans le Tarn

31 août 2017 No Comment

Une fois n’est pas coutume c’est samedi matin que nous nous rendons, Jérôme et moi, à Puycelsi pour une randonnée vtt. Une première organisée par TOO TOO YOU TOO, club de gym, aidé par le syndicat d’initiative, qui a mis sur pied cet évènement à l’occasion de la fête de Puycelsi. Arrivés sur place, nous nous posons sur le stade de foot et repérons rapidement les organisateurs qui se distinguent par des tee-shirts jaune fluo. Accueil sympa et engagement rapides. 8€ la rando avec les prestations habituelles et une collation à l’arrivée. Nous retrouvons quelques copains dont Sébastien qui a pris son SPE électrique pour faire le grand parcours. Peu d’habitués mais beaucoup de vacanciers venus découvrir la région sous un côté sportif. Avant de partir, nous jetons un coup d’œil sur le plan affiché de la rando et oh surprise, le tracé des différents parcours évite Bruniquel. Délicate attention que n’ont pas les autres organisateurs de rando au départ de Puycelsi. Le temps est juste ce qu’il faut et c’est en tenue estivale que nous partons pour le 35 km. Le fléchage est classique mais très bien réalisé sans être surchargé. Nous nous dirigeons donc du coté de LAVAL pour une grande boucle qui nous ramènera près de la ligne d’arrivée, au premier ravitaillement. Une seconde boucle, plus connue de nous, dirigera les randonneurs sur LAROQUE et MESPEL par des chemins que nous fréquentons assez régulièrement mais qu’il est toujours agréable de pratiquer. Le départ de la première boucle est assez déroutant car il se déroule essentiellement sur des toutes petites routes à très fort pourcentage entrecoupées[F1] de chemins poussiéreux. Puis la route disparait et laisse place à des pistes en forêt agrémentées de belles descentes notamment une avec une profonde ornière en son milieu qui nous demandera de tirer des bords d’un coté du chemin à l’autre, comme avec un bateau. Nous rencontrons un vététiste originaire de la Guadeloupe, tout contant de trouver quelqu’un avec qui rouler et surtout discuter. Quel bavard. Il roule pas mal et descend bien. Renseignements pris il habite maintenant du côté de Nègrepelisse. Tout s’explique. Découvrir les chemins ce côté de Puycelsi est sympa mais, si le parcours est physique, très physique même, il n’est pas vraiment technique. Le terrain est sec et poussiéreux, mais qu’en serait-il s’il pleuvait ? Je pense que ce serait difficile, dur mais faisable car la terre ne semble pas trop collante. Visiblement, ces chemins sont utilisés par des vélos mais pas que…il n’y a qu’à voir les panneaux interdisant l’accès de certains chemins et bois. Doit pas faire bon venir chercher des champignons et de laisser sa voiture stationnée dans le coin. Ces considérations mis à part, nous progressons et arrivons au premier ravito. Peut-être un peu tard car il ne restait qu’un peu de coca, du quatre quart et de l’eau. Visiblement ils n’ont pas bien évalué les répartitions des ravitos… comment leur en vouloir, nous ne connaissons que trop bien cette difficulté. Nous repartons sur des chemins que nous connaissons mieux et que les premières éditions de Bruniquel utilisaient puisque depuis que certains ont jugé bon d’organiser une rando au départ de Puycelsi la semaine avant « les 2000 », nous mettons un point d’honneur à ne pas aller rouler sur leurs chemins. La réciproque n’étant pas vraie, nous allons revoir certainement nos principes en matière de tracé. Nous continuons donc sur LARROQUE puis direction MESPEL en n’oubliant pas de nous faire traverser un gué d’une vingtaine de mètre. On passe ça avec de l’eau jusqu’aux moyeux. Pas désagréable l’été mais totalement impossible l’hiver. Les kilomètres défilent et nous arrivons dans Puycelsi par les fortifications. Sébastien nous rattrape dans la cote qui nous amène en haut du village, visiblement il s’est régalé sur le 50 km avec son bike électrique mais s’il a le sourire il nous avoue quand même qu’il est entamé, la rando est vraiment physique et si l’électrique est une assistance le vélo demande quand même du jus de mollet pour avancer. Que de souvenirs sur cette promenade qui contourne Puycelsi. Nous y organisions un ravitaillement, lors anciennes éditions « des 2000 ». Nous contournons les contreforts et nous arrêtons pour admirer la vue avant de redescendre par le sentier qui mène aux tennis. Une flèche à gauche et nous enquillons une descente très technique qui nous ramène quasiment à l’arrivée. Nous longeons un pré ou sont installés des bancs et un espace de restauration. Nous retrouvons Patrick, des maillons libres avec qui nous allons partager le pâté, la saucisse et les chips, gracieusement donnés par les organisateurs à l’arrivée de la rando. Très bon moment que celui-là. Boire une bière et manger un bout de saucisse avec des amis après une belle rando…Quoi de plus simple mais de plus amical ?
Au final, une belle rando, pas très technique mais bien physique avec une organisation débutante mais efficace. Rien à dire…Une fois de plus les absents ont eu tort, c’était une bien belle journée de vélo.

.